(in het Nederlands)

Les banques et le climat

Si on parle de désinvestissement, il est clair que les banque sont un rôle important à jouer.

  • Quand on demande à une université ou ville de désinvestir, il leur faut une banque qui peut leur offrir un fonds sans énergies fossiles.
  • Un deuxième aspect encore plus important sont les emprunts des banques. Pour chaque nouvelle mine de charbon, centrale à gaz ou oléoduc les entreprises qui les construisent ont besoin d’un financement externe. Si aucune banque leur offre du crédit, ses projets ne se réalisent pas. C’est pour ça qu’on demande aux banques Belges de:
    • D’arrêter immédiatement toute forme de financement, autres services et produits financiers liés à la prospection et à de nouvelles installations pour l’exploitation, le traitement et la vente de tous les combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz); et
    • D’arrêter au plus vite toute forme de financement, autres services et produits financiers liés aux activités existantes pour l’exploitation, le traitement et la vente de charbon, de pétrole et de gaz. Pour cela, il est important de bannir les combustibles fossiles les plus polluants: donc d’abord le charbon, ensuite le pétrole et finalement le gaz.

 

Campagnes précédentes

Banqueroute

En 2017 la coalition climat – une alliance de plus de 70 organisations citoyennes belges – lançait une campagne qui visait les 4 banques les plus importantes en Belgique (BNP Paribas, KBC, ING et Belfius) en leur demandant de ne plus investir dans les énergies fossiles. Un étude démontrait que au total, BNP Paribas, ING et KBC ont consacré plus de 33 milliards d’euros à des emprunts et à des émissions d’obligations/actions en faveur du secteur des énergies fossiles. Depuis le lancement de campagne plus que 4000 citoyens ont envoyé un mail à leur banque et différentes banques ont avancé sur le sujet:

  • BNP a adopté une politique plus stricte des énergies fossiles non-conventionnels
  • ING a adopté une politique plus stricte de financement de charbon
  • KBC a décidé d’enlever les entreprises d’énergies fossiles de leur fonds durables

 

Onze toekomst ondermijnd

En 2015 Fairfin a lancé un premier rapport (nl) qui démontrait et dénonçait que les banques Belges financaient beacoup plus le secteur des énergies fossiles que le secteurs des énergies renouvelables. Pour chaque euro investit dans le renouvelable les banques Belges investissaien encore €9 dans le secteur des énergies fossiles.