Vous n’êtes pas seul.e à penser que le désinvestissement des combustibles fossiles est important sur le plan moral, stratégique et financier. Vous trouverez ci-dessous quelques-unes des nombreuses personnalités qui ont d’ores et déjà pris position pour le désinvestissement :


Desmond Tutu, ancien archevêque

« Nous avons besoin d’un boycott de type apartheid pour sauver la planète […] Nous devons arrêter le changement climatique. Et nous en sommes capables, si nous appliquons aux pires émetteurs de carbone les tactiques qui ont fonctionné en Afrique du Sud. Quiconque a une conscience doit rompre tout lien avec les entreprises finançant l’injustice du changement climatique. […] Investir dans les compagnies qui compromettent notre avenir n’a aucun sens. Être gardien.ne.s de la création n’est pas un vain mot ; cela requiert que nous agissions avec toute l’urgence qu’exige cette situation critique. » Source : The Guardian

Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques

(CCNUCC))

UNFCCC-backs-divestment

« Nous prêtons l’autorité morale de l’ONU aux groupes ou organisations qui désinvestissent. Nous affirmons « nous soutenons vos buts et ambitions, qui coïncident en grande partie avec les nôtres », qui sont de parvenir à un accord satisfaisant à Paris. »

Le 15 March 2015, , l’organe de l’ONU responsable des négociations mondiales sur le changement climatique, a publiquement donné son appui à la campagne de désinvestissement Zéro Fossile.

« Nous soutenons le désinvestissement, parce qu’il signifie aux entreprises, en particulier celles du secteur houiller, que l’ère du « brûlez tout ce que vous voulez, quand vous voulez » ne peut plus durer », a déclaré Nick Nuttall, porte-parole de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Source : The Guardian


 

Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU

« Je demande aux sociétés telles que les fonds de pension ou les compagnies d’assurance de réduire leurs investissements dans l’économie basée sur les énergies fossiles [et de passer] aux sources d’énergie renouvelables », lors de son allocution à la conférence de presse du GIEC de Copenhague, le 2 novembre 2014 (à 32’40’’).


Naomi Klein, auteure et activiste

« Je suis fière de faire partie du groupe de 350.org qui a collaboré avec des étudiant.e.s et d’autres partenaires pour mettre sur pied la campagne Zéro Fossile. » Source : The Nation


 

Al Gore, ancien vice-président des États-Unis

« Quatrièmement, se dessaisir des actifs associés aux combustibles fossiles. Il s’agit certainement du moyen le plus efficace de réduire le risque lié au carbone, bien que nous soyons parfaitement conscient.e.s que le désinvestissement peut être compliqué et difficile pour de nombreux.euses détenteur.trice.s d’actifs. Une telle transition pourrait s’étaler sur plusieurs années et se dérouler par paliers. Des progrès rapides peuvent être accomplis facilement en désinvestissant dans un premier temps des formes d’énergie générant le plus d’émissions, qui risquent d’ailleurs fort de perdre leur valeur bien avant les combustibles fossiles dont l’intensité carbone est moindre. » Source : Washington Street Journal


 

Mary Robinson, ancienne présidente irlandaise

« Je suis heureuse que les jeunes et les universités, entre autres, ressentent le besoin d’envoyer un message sans équivoque : nous ne pouvons plus investir dans les entreprises dont la responsabilité est engagée dans les chocs climatiques qui nous frappent. Je prends donc publiquement la parole pour encourager les étudiant.e.s et les universités à continuer dans cette voie. Cela me rappelle un peu l’énergie générée par le mouvement anti-apartheid à l’époque où j’étais étudiante. Nous nous sentions toutes et tous concerné.e.s, parce que l’injustice sautait aux yeux. La poursuite des investissements dans les entreprises de combustibles fossiles, qui sont l’un des éléments du problème, a quelque chose d’injuste. » Source : Democracy Now

et

« Le désinvestissement carbone est un parfait exemple… Le rôle actif joué par les jeunes est remarquable. Comme lors de la campagne anti-apartheid des années 1980, les étudiant.e.s d’aujourd’hui prennent des mesures susceptibles d’améliorer leur propre avenir et celui des générations qui viennent. Ils et elles montrent à la planète entière qu’encore une fois, il est essentiel de changer radicalement notre modèle économique. C’est ainsi que l’équité intergénérationnelle sera assurée : en promouvant un nouveau modèle d’investissement répondant aux risques posés par le changement climatique. En évitant d’investir dans des actifs à forte intensité carbone bientôt obsolètes et en privilégiant les solutions alternatives durables, nous consolidons les capacités et la résilience, et en particulier celles des personnes les plus vulnérables… tout en réduisant les émissions de carbone. » The Guardian


 

Barack Obama, président des États-Unis

obama invest divest« Incitez vos proches à adopter des pratiques plus intelligentes. Investissez. Désinvestissez. Rappelez aux gens qu’un environnement sain et une croissance économique vigoureuse ne sont pas incompatibles. »

et

« La science est ce qu’elle est… Il ne fait aucun doute que si nous brûlions tous les combustibles fossiles qui restent sous terre, la planète deviendrait trop chaude, ce qui pourrait avoir des conséquences dévastatrices. […] Nous ne pourrons pas tout brûler. » Source : Years of Living Dangerously


 

Paul Krugman, professeur d’économie

« Vers la fin de son discours, le président a exhorté le public : « Investissez. Désinvestissez. Rappelez aux gens qu’un environnement sain et une croissance économique vigoureuse ne sont pas incompatibles. » D’ordinaire, nous aurions tendance à ne voir dans ce genre de déclarations qu’une tentative de se dérober à des choix difficiles. Mais il ne s’agissait en l’occurrence que de simple bon sens : nous pouvons réellement investir dans de nouvelles sources d’énergie et désinvestir des anciennes sources tout en renforçant l’économie. Il ne reste qu’à nous mettre au travail. » Source : New York Times


 

Christiana Figueres, secrétaire exécutive du CCNUCC

christiana figueres endorses divestment at Brown University« L’augmentation continue et dangereuse des gaz à effet de serre dans l’atmosphère est en grande partie le résultat direct des investissements passés dans des systèmes énergétiques et de transport basés sur les combustibles fossiles. De nouveaux investissements sont maintenant nécessaires pour inverser cette tendance non viable, et il faudra agir rapidement pour espérer limiter l’augmentation des températures mondiales sous la barre des 2 °C. » Source : BBC News « L’idée que les efforts de désinvestissement du charbon sont négligeables et donc inutiles s’ils sont menés par une organisation de taille réduite est analogue à la dangereuse impression que dans un système démocratique, un vote isolé est insignifiant parce qu’il ne constitue pas la majorité. » Source : RTCC

et sur les universités

« Les établissements universitaires qui possèdent encore des intérêts dans les combustibles fossiles doivent se demander s’ils assument réellement leur responsabilité sociale de servir la communauté, la nation et le monde. » Source :RTCC

et sur faith institutions

« Les églises, mosquées, synagogues et temples peuvent contribuer à un accord climatique ambitieux de très nombreuses façons », a déclaré Mme Figueres, citant en exemple la campagne de désinvestissement des combustibles fossiles. Source : The Guardian

Christiana Figueres a ajouté que les banques « enfreindraient leur devoir fiduciaire de manière flagrante » si elles n’accéléraient pas le virage écologique de leurs portefeuilles :

« Les décisions d’investissement doivent refléter les preuves scientifiques claires et la responsabilité fiduciaire doit prendre en compte la réalité intergénérationnelle : un changement climatique non contrôlé risque de perturber, voire de dévaster la vie, les moyens de subsistance et l’épargne de nombreuses personnes, aujourd’hui et pour de très nombreuses années à venir », a-t-elle affirmé. « J’appelle les investisseurs institutionnels à demander aux entreprises destinataires de leurs fonds de divulguer leur empreinte carbone et leurs éventuels actifs bloqués, comme ceux liés à l’exploitation minière ou à la prospection et au brûlage de combustibles fossiles, et aux membres des fonds de pension de mettre leurs administrateur.trice.s devant leurs responsabilités en la matière. » Source : RTCC


 

Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale

« Les organismes de réglementation financière doivent eux aussi ouvrir la voie. Ils doivent se pencher sans tarder sur le risque systémique associé aux activités à forte intensité de carbone dans leurs économies respectives qui se traduisent bien entendu par des signaux de prix. Dès à présent, ils doivent faire en sorte de divulguer le risque climatique et demander à connaître l’exposition des entreprises et des institutions financières aux répercussions du changement climatique. » Source : Banque mondiale


 

Ed Davey, député, secrétaire d’État à l’Énergie et au Changement climatique, Royaume-Uni

« Je soutiens résolument la campagne du Guardian visant à attirer l’attention sur le débat relatif au désinvestissement avant les négociations sur le changement climatique qui se tiendront à Paris en décembre. »


 

Achim Steiner, directeur général du PNUE

« Nos autorités de réglementation des marchés financiers doivent-elles commencer à penser à les protéger [les investissements] et à nous protéger nous-mêmes du syndrome du « too big to fail » ? Il semblerait que les comptables se désintéressent du problème, parce que le climat n’est pas un élément du bilan. Surveillez donc l’exposition carbone de votre investissement et ne vous fiez pas aux audits, même s’ils sont rassurants ; dans 5 ou 10 ans, votre société ou votre investissement pourraient bien être compromis par des « actifs bloqués ». » Source : CarbonTracker


 

Kevin Bourne, directeur général du FTSE

« J’ai rarement vu un débat évoluer aussi rapidement au cours de mes 30 années d’expérience sur les marchés. » Réaction au lancement par Blackrock et FTSE Group d’une nouvelle série d’indices « sans combustibles fossiles », que le Financial Times a décrit comme « un signe qu’une campagne mondiale contre les combustibles fossiles se fraie un chemin dans le monde de la finance. » Source : Financial Times


 

Ben Caldecott, directeur du programme Stranded Assets

« Les répercussions du processus de stigmatisation enclenché par la campagne de désinvestissement des combustibles fossiles constituent la menace la plus grave pour l’industrie fossile et la vaste chaîne de valeur énergétique. Les impacts directs sont par comparaison dérisoires. » Source : Smith School of Enterprise and the Environment, université d’Oxford « De nouveaux facteurs continuent d’exercer une pression à la baisse sur la demande et les prix et les pays possédant des réserves relativement coûteuses à exploiter pourraient ne jamais réussir à les extraire de façon rentable. Ces facteurs comprennent des évolutions importantes en matière de déploiement des énergies renouvelables, de gaz de schiste, de rendement, de pollution atmosphérique, de stress hydrique et de facteurs sociaux tels que le désinvestissement, auxquelles s’ajoutent les politiques climatiques », a-t-il déclaré. « Toutes choses étant égales par ailleurs, le désinvestissement des combustibles fossiles accroîtra la probabilité que les réserves plus coûteuses à extraire se convertissent en actifs échoués. » Source :Raconteur


 

Kumi Naidoo, directeur général de Greenpeace International

kumi naidoo endorses fossil free« La campagne de désinvestissement pourrait bien amener un groupe qui a jusqu’ici brillé par son silence – les investisseur.euse.s – à exercer une pression considérable sur l’industrie fossile. » Source : Great Transition


Caroline Lucas, députée du parti écologiste Green Party, Royaume-Uni

« J’estime que la campagne Zéro Fossile est aujourd’hui l’un des mouvements les plus prometteurs non seulement de Grande-Bretagne, mais également du monde. Son côté vraiment radical, sa focalisation sur les actes concrets et le fait que ce sont en grande partie les jeunes qui exigent une reddition de comptes beaucoup plus poussée de la part de toutes les institutions auxquelles ils et elles contribuent sont particulièrement réjouissant.e.s. […] Des initiatives telles que le mouvement local en faveur du désinvestissement, par exemple, ont toutes un rôle clé à jouer pour augmenter progressivement la pression sur les politicien.ne.s afin qu’ils et elles procèdent aux changements nécessaires. » Source :Warwick Globalist


 

Bärbel Höhn, députée du parti écologiste Die Grünen, Allemagne

« Le désinvestissement des combustibles fossiles est la solution la plus sensée sur le plan économique. » Source : @handelsblatt

Hans Joachim Schellnhuber, directeur fondateur de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique

Le professeur Schellnhuber fait autorité en matière de climat dans le paysage médiatique de langue allemande. La campagne de désinvestissement est selon lui « l’action la plus importante de l’histoire du changement climatique ». Source : Reuters


 

Reinhard Bütikofer, député européen, Allemagne

reinhard butikofer meme

 

Connie Hedegaard, ancienne commissaire européenne à l’Action pour le climat

« J’espère sincèrement que cela fera partie d’un ensemble de mesures centré sur l’accord de Paris. La suppression progressive des subventions aux combustibles fossiles et le désinvestissement, qui feraient comprendre au monde entier que les modèles d’investissement sont en pleine mutation, constitueraient un geste fort. » Source : Connie Hedegaard, l’ancienne commissaire européenne à l’Action pour le climat, appuie le désinvestissement des combustibles fossiles


 

Russell Brand, comédien et acteur

10339733_871838256169468_6217875396730868543_n

Edward Snowden, lanceur d’alerte et activiste

10171850_379468905537469_4919290354210271017_n

Kathy Jetnil-Kijiner, poétesse et écrivainekathy-jetnil-kijiner-620px

La poursuite des investissements dans l’industrie fossile entraîne la poursuite des investissements dans le changement climatique et des ravages dans le Pacifique. La campagne de désinvestissement met en lumière un conflit que la plupart des politicien.ne.s rechignent à affronter.

 


Leonardo DiCaprio, acteur et producteur de cinéma

10679601_10153611449757708_5196691512825029297_o

Connaissez-vous d’autres personnalités soutenant le désinvestissement des combustibles fossiles ? Faites-le-nous savoir, nous les ajouterons à la liste.